Retourner à la page d'accueil de TJS
CONTENU PERIME
Il m'est venu soudain (le 15/01/2001) la réflexion "Quel est l'avenir du javascript ?".
Changement de millénaire, changement des mentalités dans la nouvelle économie, arrivée prochaine du net mobile, des hauts débits... Mais alors, le javascript, bien implanté depuis des années, presque depuis la préhistoire du net ; que va-t-il devenir ?
Cette réflexion n'engage que moi et n'a pas d'autre prétention que de poser la question.


Javascript, indispensable
Le javascript est le seul langage universel (avec VBscript) à autoriser des traitements sur le poste du visiteur. Même si le langage VBscript offre à peu près les mêmes possibilités que le JavaScript, tous les navigateurs ne le gèrent pas, ce qui lui a été presque fatal.
Le javascript est reconnu par tous les navigateurs sans nécessiter de plugins ou de téléchargement complémentaire.
Grâce à ses possibilités à manier des informations sur le poste client (le visiteur est considéré comme client du site), le javascript reste indispensable pour toutes les actions classiques sur une page :
  • Contrôles de saisie dans un formulaire
  • Calculs simples
  • Effet de rollover
  • Effets d'animation en Dynamic HTML
  • Menus et navigation avancés
A ce jour, il n'existe pas d'alternative au javascript dans la norme HTML.

Les nouveaux langages
Il faut distinguer 2 types de langages. Ceux qui sont exécutés par le serveur et ceux qui sont exécutés par le client.
Les langages de serveur
Ces langages sont de plus en plus nombreux et de plus en plus utilisés par les sites, même les plus modestes. Ils offrent l'avantage de s'interfacer avec une base de données, autorisant ainsi la création de moteur de recherche, de forum de discussion, de sondage, de livre d'or etc... Ces langages sont l'ASP, le PHP, le PERL, le Cold Fusion, le Java Server, etc...
Le javascript est lui incapable de communiquer avec une base de données, mais ce n'est pas son rôle. Ainsi on peut dire que les langages de serveur sont complémentaires au javascript. Ce que ne peut pas réaliser l'un est réservé à l'autre.

Les langages client
De nouveaux langages coté client sont aussi de plus en plus utilisés.
Tout d'abord l'exception : les célèbres applets java sont vouées à disparaître. (Que les fans de java ne m'injurient pas avant de m'avoir laissé le temps de justifier cette affirmation). Les 2 inconvénients majeurs des applets sont la lourdeur du code à télécharger et à s'exécuter qui entraîne une attente souvent trop longue et la sécurité insuffisante qui rend les applets instables ou dangereuses pour la machine.
On rencontre d'ailleurs de moins en moins d'applet java sur les sites. Cela ne veut pas dire que le langage java soit en voie de disparition. Il est simplement utilisé autrement, en particulier pour le développement d'applications et de logiciels.
En revanche, on voit apparaître de plus en plus d'animations Flash qui est le langage en plein essor actuellement. Tous les navigateurs récents intègrent en standard le plugin destiné à jouer les animations. Cela permet au visiteur d'accéder directement au site sans rien télécharger.
Comme son nom l'indique, l'animation flash est encore essentiellement utilisée pour animer une page. On la rencontre souvent en introduction d'un site, plus rarement comme jeux. L'avantage du Flash est d'être beaucoup plus graphique que le HTML, mais tant que les développeurs se préoccuperont plus de l'apparence que du contenu, Flash restera un langage annexe.
D'autres langages s'exécutent du côté du client mais la plupart nécessitent le téléchargement d'un plugin, ce qui rebute la plupart d'entre nous. Ces langages permettent de contourner les limites graphiques du HTML pour proposer par exemple des sites en 3 dimensions.

Les débits de l'internet
Les hauts débits
L'essor des nouveaux langages est très lié à l'essor des hauts débits. Rendre un site plus graphique l'alourdit et demande plus de temps pour se charger.
Hors, la généralisation des hauts débits n'est pas pour tout de suite. Les fournisseurs d'accès font faillite (Liberty Surf, Freesbee) et le cours de leurs actions chute dangeureusement. Même Wanadoo a perdu plus de 50% de sa valeur en quelques mois. Les fournisseurs qui s'étaient lancés dans le gratuit-gratuit (pas d'abonnement, pas de communication) font machine arrière, comme Oreka qui limite son offre à 6 heures au lieu de 18, et M6net qui arrête complètement cette option.
On voit donc, que, même dans l'accès internet traditionnel, par modem, le modèle économique n'est pas encore trouvé.
Les investissements nécessaires pour les hauts débits vont être surement ralentis et refléchis.

Depuis le 1er janvier 2001, la concurrence est complète dans les télécommunications, même locales. Mais France Telecom n'est pas prêt à se laisser faire et freine par tous les moyens (techniques et commerciaux) les avancées de ses concurrents.

A mon avis, l'accès par modem à internet sera le quotidien de la majorité d'entre nous pendant encore au moins 1 an et probablement 2.

Le WAP
Tout le monde connaît maintenant l'échec du WAP. Seuls les opérateurs n'ont pas compris que les abonnés n'étaient pas prêts à payer 2 F la minute pour utiliser des services inintéressants sur un écran minuscule .
Les prochaines générations de mobiles (UMTS et GPRS) nécessitent des investissements énormes en licences pour l'utilisation des fréquences (100 milliards de francs pour toutes les licences UMTS françaises) et en infrastructures différentes de la norme GSM.
Les licences seront attribuées en France avant juin 2001, ce qui laisse espérer que les premiers réseaux seront publics en 2002.


Finalement
Pour l'instant, à l'heure du modem et des pages HTML, JavaScript occupe une position sure. Tous les sites utilisent un minimum de javascript. C'est donc un langage très important à connaître pour tous les développeurs web.
Même l'arrivée des hauts débits ne devrait pas faire disparaître le javascript, ne serait-ce que pour conserver la compatibilité avec les sites existants et les anciens navigateurs.
On peut également espérer que le javascript saura évoluer comme il l'a fait depuis son origine pour s'adapter aux nouveaux outils.
A mon avis, le javascript n'est pas en train de disparaître, ni en voie de disparition :)

Tous les commentaires sont les bienvenus. Utilisez la page de contact.

A lire aussi
Les limites de javascript - Article qui présente les possibilités, les limites et les extensions du javascript.
Javascript/Java : rien à voir - Pour comprendre les différences fondamentales entre les 2 langages.

Chercher une fonction, un objet, ...

Le 14/08/2018 12:49:56 sur php7 en 15.86 ms